Les sédentaires clandestins

Installations

 
 
 
 
 
 
 

Les sédentaires clandestins
2001
sculpture sonore avec automatisation
tourne-disques, différents moteurs, objets choisis, cage à ressort, acier, cuivre, peinture vitrail sur acrylique, éclairage halogène, contrôleur MIDI, ordinateur
objet : 242 x 203 x 103 cm
dimensions des ombres projetées aux murs et au plafond variables
commande d'oeuvre du Musée national des beaux-arts du Québec
collection : Musée national des beaux-arts du Québec
documentation : – photo©Jean-Guy Kérouac, Diane Landry – vidéo©Diane Landry 

2016

  • Exposition collective: Installations à grande échelle, commissaire : Bernard Lamarche, 
    MNBAQ, Québec (Québec, Canada).

2008

  • Les défibrillateurs, commissaire : Eve-Lyne Beaudry, Musée d’art de Joliette, Joliette (Québec, Canada).

2004

  • Les Sédentaires clandestins, Expression, centre d’exposition, Saint-Hyacinthe (Québec, Canada).

2001

  • Les Sédentaires clandestins, commissaire : Marie Fraser, Musée national des beaux-arts du Québec, Québec (Québec, Canada).
  • Les Sédentaires clandestins, Grunt Gallery, Vancouver (Colombie-Britannique, Canada).

« Constitués d’objets insolites mais étonnamment familiers, qui produisent des bruits parfois grinçants et des apparitions étranges d’images, Les sédentaires clandestins émergent d’un véritable monde urbain miniaturisé et en mouvement. Installée au centre de la salle d’exposition, la sculpture s’active, elle surgit de la pénombre en générant sa propre lumière, ses propres sons, son propre mouvement, son propre tremblement. Entraîner par la rotation des tourne-disques disposés tels une table et par un jeu de lumière et de projections, une panoplie de véhicules miniatures s’animent en images et en sons, projetant leur frénésie et leur folie tout autour de nous. Murs, plafond et plancher sont pris en charge et on entend le vrombissement des voitures, le grincement des tourne-disques, le battement de tiges de métal : entièrement générée par les objets, cette ambiance sonore pourrait très bien être celle d’une ville. »

Marie Fraser, Les sédentaires clandestins (extrait), catalogue, Musée national des beaux-arts du Québec), Québec, 2001