Le Poids des papillons

Art public

 
 
 
 
 
 
 

Le Poids des papillons
2000
sculpture cinétique
acier, aluminium, manche à air
7 x 5,2 x 5,2 m
documentation : – photo & vidéo©Diane Landry

2000

  • D'un millénaire à l'autre, parc Doris-Lussier, organisé par la Ville de Montréal, Montréal (Québec, Canada)
  • Émergence 2000, L'Îlot Fleurie, Québec (Québec, Canada)

« L'oeuvre tient du mobilier de parterre domestique. La sculpture est le fruit d'une condensation entre deux pratiques courantes en art contemporain : l'art mobilier et l'art vestimentaire. Une ossature métallique est à la fois architecture et vêtement. La gloriette de jardin a perdu sa fonction protectrice, son moustiquaire recouvre désormais le corsage qui tourne au vent. Au sommet de ce gazebo, pour compléter la sculpture, Landry a déposé un corsage surdimensionné sur lequel au gré du vent des manches s'agitent, accessoire qui transforme la structure de départ en une crinoline à baleine. Ces dernières évoquent les fanions utiles pour indiquer la direction des courants d'air, en même temps que des filets pour attraper les papillons.

            Les manches emprisonnent le vent qui aussitôt s'en échappe. Ainsi la robe se livre-t-elle à une chorégraphie désarticulée, soumise aux humeurs du temps. L'oeuvre est donc un baromètre des envies du dieu Éole, l'échelle monumentale de cette intervention, traditionnellement réservée à la commémoration, est enrayée pour laisser place à cet étrange ballet. »

Bernard Lamarche, « Danser avec le vent » (extrait), Le Devoir, Montréal, 23 août 2000.