Le Phare

Installations

 
 
 
 
 
 
 

Le Phare
1996
installation avec automatisation
tourne-disques, objets choisis, acier, éclairage halogène, contrôleur MIDI, ordinateur.
250 x 700 x 460 cm
projection : 4 murs (dimension variable)
réalisée avec la collaboration du Laboratoire de recherche et de création en informatique appliqué aux arts d'Obscure à Québec.
Documentation : – photo©Diane Landry – caméra vidéo©Boris Firquet – édition vidéo©Diane Landry 

2013

  • Bleu Nuit, 2ème Biennale d'art contemporain, Hôtel de Ville, Sotteville-lès-Rouen (France).

2001

  • École d'aviation et Le Phare, Mobius, Boston (Massachusetts, É.-U.).

2000

  • Le Phare, Langage Plus, Alma (Québec, Canada).

1999

  • Humeur à patiner et L'Étreinte atroce, Musée d’art contemporain des Laurentides, Saint-Jérôme (Québec, Canada).
  • Humeur à patiner et L'Étreinte atroce, Centre d'exposition d'Amos, Amos (Québec, Canada).
  • Humeur à patiner, Artcite Inc., Windsor (Ontario, Canada).

1998

  • Humeur à patiner et L'Étreinte atroce, commissaire : Françoise Balboni, Centre d'Art Contemporain Passages, Troyes (France).
  • Structures du quotidien, commissaire : Carl Johnson, Musée régional de Rimouski, Rimouski (Québec, Canada).

1996

  • Le Phare, La Parallaxe, organisée par Obscure et présentée à la Galerie im Andechshof, TRANSI©T, Innsbruck (Autriche).
  • Humeur à patiner, Obscure, Québec (Québec, Canada).

La cueillette de tourne-disques est venue s'imposer à moi à l'époque où on le remplaçait par un lecteur de disques compacts. Ceux-ci furent trouvés sur le bord du trottoir le jour de la cueillette des ordures ménagères. Il y a près d'une quinzaine de tourne-disques dressés à différentes hauteurs sur des pattes précaires. Chacun possède son propre éclairage et un attribut du quotidien. Grâce à des contrôleurs MIDI, les objets s'animent à tour de rôle, un ou plusieurs à la fois, selon une composition que je renouvelle pour chaque lieu offert à l'oeuvre. Je crée une suite de seize tableaux différents se succédant sur une période de près de vingt minutes. L'agglomération étrange, d'aspect chaotique, s'anime et produit de grandes projections de silhouette. Ces ombres mouvantes sont lancées sur les murs avec des intensités et des vitesses variables. Elles sont très importantes et occupent l'espace de façon significative. Le Phare, c'est une danse d'objets utilitaires mis en confrontation lyrique ou encore une multitude de petits carrousels énigmatiques fabriqués d'objets banals.