L’Arche des possibles

Art public

 
 
 
 
 
 
 

L’Arche des possibles
2003
4 éléments muraux translucides
duraclear, acrylique transparent, aluminium, peinture et vernis à l’huile
4 éléments de 165 x 336 x 5 cm chacun
Bibliothèque Aliette-Marchand, Québec (Québec, Canada)
documentation : – photo©Diane Landry 

L'Arche des possibles tente de mettre en communication deux points séparés. Tous les livres qui occupent cette bibliothèque prennent vie lorsque des ponts sont créés entre eux. Les possibilités sont infinies, voire magiques. Ainsi, entre chaque étagère de livres qui rythme le couloir de verre, on peut découvrir quatre ponts en aluminium bidimensionnel [Dans quel sens : les ponts sont-ils des dessins?] Les rayons de livres servent de pilier symbolique pour les arches qui les relient. La construction de ces ponts est évoquée par la géométrie, la solidité et la grâce du lien arqué. Ces arches servent également de cadre-support pour des photographies sur transparent (duraclear). Dans chaque interstice du support, on voit des images de diapositives immenses et colorées. L'Arche des possibles évoque l’eau, le paysage riverain, le lien [???], le déplacement et le possible dans le cycle imprévisible du temps qu’il fait et celui inéluctable du temps qui passe.